2 nouvelles interviews de Daniel Radcliffe

Publié le par EDWIGE

Daniel a donné une interview pour "Wizard Universe" où il parle du film "Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé".

 

Pour toi, qu'est-ce qui est au coeur du "Prince de Sang-Mêlé" ? Qu'est-ce qui est au centre de l'histoire ?

La paranoïe. Il y a une scène très forte dans le film à propos de l'incessante paranoïe d'Harry sur Draco Malfoy devenant un membre des Mangemorts. Egalement, cela semble au centre de tous les films, mais la mort. Nous y sommes même plus proches dans ce film car Dumbledore meurt et sait qu'il doit mourir. Et l'image de ce viel homme sachant tout ça est très, très triste. Mais il fait avec. Il se bat jusqu'à la dernière minute.

Tu as mentionné avant que Michael Gambon (Dumbledore) a fait un bon travail en essayant de te faire rire. Y a-t-il un moment ou une scène où il a essayé de t'attraper ? Aussi, quand Michael a appris que Dumbledore était gay, est-ce qu'il a continué à rigoler ?

Oh oui. Michael a une barbe et il a un protège-barbe au-dessus de sa tête pour ne pas avoir de nourriture dedans. Mais ca n'a pas marché puisqu'il en a eu. Donc ils lui en ont fait une nouvelle, qui était rose, et il l'a porté avec fierté autour du tournage. Il est vraiment marrant et il rit tout le temps. La merveilleuse chose est que dès qu'ils disent le mot 'action', il devient brillant. C'est un peu étonnant finalement de voir à quel point il est bon.

Ce film est un mélange d'aventure et de moments plus intimes. Quelles sont tes scènes préférées à jouer ? Tu aimes l'action ou les scènes plus calmes ?

Je pense que je préfère les scènes plus calmes. Il y a beaucoup d'action mais les scènes plus calmes, généralement parlées, sont là où le coeur est. Ce n'est pas pour dire qu'il n'y a pas de scènes d'action sans émotion, mais quand deux personnes s'assoient et parlent, les enjeux sont plus forts, émotionnellement. Ma scène préférée dans le film, en fait, est une où je ne suis pas dedans, ce qui n'est pas surprenant étant donné que je déteste me regarder. C'est avec Rupert à un match de Quidditch et c'est absolument mort de rire. Et je ne suis pas mort de rire si facilement.

Pendant le début de la saga, tu étais sous les ordres de Chris Colombus, qui a réalisé les deux premiers films, mais ensuite de nouvelles personnes sont arrivées pour le quatrième, le cinquième et le sixième. Quelle est la différence entre travailler avec un nouveau réalisateur sur chaque film et travailler avec David Yates, le réalisateur du "Prince de Sang-Mêlé", qui tournera finalement quatre films ?

Quand une nouvelle personne arrive, vous restez sur vos gardes. Je pense que les premières années, c'était très important que nous n'étions pas suffisants, et je pense qu'avoir de nouveaux réalisateurs a aidé dans ça. Mais la chose géniale d'avoir David - et David en est à son troisième maintenant, il fait celui que nous sommes en train de tourner maintenant - est que nous nous connaissons très bien, professionnellement. Nous savons comment l'autre veut que quelque chose soit fait et nous avons une très bonne communication maintenant. Et nous avions toujours été avec David - et également avec tous les autres réalisateurs, nous avons toujours été très communicatifs - mais avec David, parfois nous n'avons besoin de rien dire. J'arrête la prise et je dis, 'Oh désolé, c'était nul on le refait' immédiatement parce que je sais que ce que j'ai fait n'était pas ce que David attendait.

Dans le futur, quand tu regardes les six films, qu'est-ce qui restera accroché dans ton esprit sur le processus ?

Michael Gambon, quand nous avons tourné toutes ces scènes ensemble, est venu avec des abréviations pour les scènes. Je ne peux en répéter aucune car elles sont un peu offensives mais elles sont vraiment très drôles. Quelques unes en fait, sont restées accrochées sur le tournage. Une des séquences dans ce dernier film était avec Tom Felton (Malfoy) dans la salle de bains. Tom et moi nous sommes toujours appréciés mais nous avons vraiment commencé à nous entendre mieux durant le dernier film, donc ca restera aussi dans les souvenirs.

Quels sont tes plans ou tes souhaits pour le futur après que tu en ai fini avec Harry ?

J'espère continuer à jouer. Je suis dans une position très confortable heureusement, où je n'ai pas grand chose à faire. Evidemment, ces films, financièrement, ont été vraiment très, très bons pour moi. Et ce qu'il y a de bien avec ça, c'est que cela me donne une liberté incroyable sur la sélection de ce que je veux faire, car je n'ai pas à me soucier de l'argent. Si vous avez la liberté d'être sélectif avec vos projets, vous avez aussi la responsabilité de choisir.

 

(Merci danielradcliffe.fr pour la traduction)

 

 

Et aussi pour le magazine "The Daily Record" : 

 

Son impression du fait de ce voir dans les premiers films d'Harry Potter

« Je ne peux pas regarder le premier film. Même si la bande-annonce ou la pub passent à la télé, je change de chaîne. Je n’ai pas honte, mais je ne peux vraiment pas me détendre si ça passe.  »

« La dernière fois que j’ai regardé un des premiers films était il y a probablement trois ans ; et les gens semblent souvent stupéfaits que je puisse survivre sans les regarder annuellement, mais je peux et je le fais, joyeusement.  »

«  Je suis fier du premier film parce que c’est un excellent film pour enfants ; mais j’étais un gamin quand je l’ai fait et c’est comme si je voyais des photos de bébés passer de mains en mains. Ce n’est pas agréable. »

L’acteur prétend ensuite que le seul Harry Potter qu’il accepte de regarder est le dernier, L’Ordre du Phénix, qui est sorti en 2007 :

« Pour la toute première fois, je l’ai regardé tout seul sans me sentir mal. Mais encore, d’une manière générale, je n’adore pas les regarder de nouveau… pour l’instant. »

« Mais je pense que quand mes enfants seront nés, je m’assiérai avec eux, quand ils auront 10 ou 11 ans et je leur dirai, ‘Qu’avez-vous fait ? J’ai fait ça !’ »

Sur les réactions les plus étranges de ses fans :

«  Mrs Radcliffe était drôle. C’était une fille de New York qui m’a dit : ‘Je suis la prochaine Mrs Radcliffe’. La prochaine Mrs Radcliffe, comme si j’étais déjà marié ! Donc, elle était évidemment un peu folle. Elle a d’ailleurs essayé de grimper dans la voiture. »

« La réaction la plus étrange que j’ai jamais eu était probablement avant que le premier film ne sorte au cinéma. Je marchais dans la rue, en France, en vacances avec ma maman et mon papa, et j’ai regardé une fille sur ma gauche, par-dessus mon épaule, et elle m’a retourné son regard et m’a juste crié dans la figure. Moi, sans réfléchir, j’ai couru. C’était une chose vraiment stupide à faire. »

Sur ses rencontres avec d'autres stars :

« J’ai rencontré Kate Hudson il n’y a pas longtemps. A l’époque, j’avais le béguin pour elle à cause d’Almost Famous. J’ai aussi rencontré Lily Cole très brièvement et j’étais un moulin à parole assommant. Mais obtenir un bisou sur la joue de Sophie Dahl a été le point fort de ma vie. D’ailleurs, je lui ai vraiment dit, ‘vous m’avez permis de faire le deuil de mon adolescence’ ».

Sur Equus :

«  Je pensais que si je ratais ça, ça serait vraiment terrible, parce que les couteaux sont sortis et prêts. Donc, j’ai simplement travaillé dur, et je me suis entrainé pendant 18 mois pour pouvoir être entendu au fond de la salle. Il y a une hypothèse qu’on peut simplement marcher sur scène et le faire. On ne peut pas. On doit s’entrainer. »

« Le meilleur a été en Amérique, bien sûr, parce qu’ils n’ont vraiment pas aimé le truc de la nudité. Ils ont été très puritains à propos de tout ça. C’était aussi parce qu’à ce moment-là, aux Etats-Unis, j’étais un mineur, ce que trouvais drôle »

Ce qui l'attire dans son métier d'acteur :

«  En tant qu’acteur, j’ai toujours penché vers le côté obscur. Je préfèrerais lire un livre sombre et intense plutôt que quelque chose de léger et moelleux. Je préfèrerais regarder There Will Be Blood, plutôt que 27 Robes, par exemple.

 

«  J’aime penser que dans Potter, nous sommes aussi violents que puissent l’être des films pour enfants ; mais nous les faisons rire aussi. Je déteste toutes ces c***ies sur le fait qu’on ‘fait trop peur aux enfants’. Les enfants adorent avoir peur. Quand j’étais enfant, j’ai regardé Jumanji et j’ai fait des cauchemars avec des araignées pendant des semaines ; mais j’ai adoré ».

«  Il y a cette culture où on pense que cela nuira aux enfants, mais ce n’est pas vrai. Au bout du compte, les histoires traitent du bien triomphant sur le mal, ce qui est une formule qui fonctionne depuis des siècles.  »

 

(Merci Poudlard.org)  

Publié dans Interview

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article